Sunday, 30 August 2009

Cinq chantiers de la RDC : Tous ensemble

Rangot Tsasa dans la Réflexion pèle mêle.

Deux questions fondamentales se posent à propos des cinq chantiers en République Démocratique du Congo: pour quelles raisons les citoyens de la RDC devraient-ils y participer malgré l’exclusion d’une partie de la population vivant a l’étranger. Qu’est-ce qui a pu changer depuis les élections de 2006 et qui devrait décider pour les congolais a y participer.
Ces derniers jours, certains médias occidentaux ont déformé des informations concernant la bonne gouvernance en République Démocratique du Congo; accusant le gouvernement actuel, dirige de main de maître par son excellence Adolphe Muzito, d’être à la base du déclin de notre pays. Il s’agit là d’une pure invention motivée par des arrière-pensées. Il suffit de regarder attentivement le rapport sur les réalisations des cinq chantiers du Président de la République.
Depuis le lancement du processus de démocratisation le 24 avril 1990, l'accompagnement de l'Église dans la conscientisation des dirigeants et autres acteurs politiques sur la gestion de l'appareil de l'État est présent. Aux yeux du peuple notamment, cet engagement a constitué un soutien fort dans sa détermination d'aboutir pacifiquement au changement par le choix de ses dirigeants et le contrôle de ses nombreuses richesses à travers un régime politique où la souveraineté est exercée par le peuple.
Le vent de renouvellement des dirigeants politiques en Afrique au Sud du Sahara, qui a commencé depuis le milieu de l’année 2009, va se poursuivre en 2010. Celui-ci laisse entrevoir la conversion massive des différents postulants à la religion de la notion ; aux contours davantage métaphoriques que scientifiques de "bonne gouvernance".Les choses ne sont pas toujours comme on les perçoit, les premiers seront peut-être les derniers. Répondons aux 2 questions précédentes en essayant de regarder les choses autrement.
Pour quelles raisons les Congolais devraient-ils participer aux développements des cinq chantiers lancés par le Chef de l’État le Rais Joseph Kabila Kabange.? Les raisons de participer sont autant plus compréhensible que cela saute aux yeux : c’est du nouveau depuis que le Congo existe. Notre pays vient de changer d’identité. De ma jeunesse, j’ai eu la chance de sillonner quelques unes des coins et recoins de la R.D.C. et je peux bien vous dire que le régime précèdent bien que les éléphants soient encore la, il n’a pas pu réaliser ce qu’ils sont entrain de faire avec le petit frere JKK. A tous les éléphants je dirai merci pour votre changement de mentalités. Mdr…La définition officielle de la bonne gouvernance s’avère très éloignée de la réalité dans bon nombre de nations.
Il faut s’attacher en particulier aux principaux aspects de la bonne gouvernance, à savoir :
L'obligation de rendre compte : les administrations publiques sont capables et désireuses de montrer en quoi leur action et leurs décisions sont conformes à des objectifs précis et convenus.
La transparence : l'action, les décisions et la prise de décision des administrations publiques sont, dans une certaine mesure, ouvertes à l'examen des autres secteurs de l'administration, du Parlement, de la société civile et parfois d'institutions et d'autorités extérieures.
L'efficience et efficacité : les administrations publiques s'attachent à une production de qualité, notamment dans les services rendus aux citoyens, et veillent à ce que leurs prestations répondent à l'intention des responsables de l'action publique.
La réceptivité : les autorités publiques ont les moyens et la flexibilité voulus pour répondre rapidement à l'évolution de la société, tiennent compte des attentes de la société civile lorsqu'elles définissent l'intérêt général et elles sont prêtes faire l'examen critique du rôle de l'Etat.
La prospective : les autorités publiques sont en mesure d'anticiper les problèmes qui se poseront à partir des données disponibles et des tendances observées, ainsi que d'élaborer des politiques qui tiennent compte de l'évolution des coûts et des changements prévisibles (démographiques, économiques, environnementaux, par exemple).
La primauté du droit : les autorités publiques font appliquer les lois, la réglementation et les codes en toute égalité et en toute transparence.
Il faut cependant ouvrir les yeux et valider les valeurs de la nation congolaise. Nous ne sommes pas la pour copier les pays étrangers mais plutôt mener notre pays a la rénovation. En mon humble avis, il se passe quelque chose. Nous sommes en 2009 et nous devons voir les choses telles qu’elles sont. Tous ensemble pour la reconstruction et nous irons de l’avant. Nous ne pourrions atteindre la victoire que si nous sommes réunis. Tous les congolais doivent participer au cœur du débat politique. Il faut dire les choses aussi simplement possible : notre pays commence a changer son image. Dénonçons ce qui ne marche pas et dans cet esprit nous bâtirons notre gratte ciel.Ce sont ces messages contradictoires qui désorientent la population et l’empêchent, par exemple, de revendiquer énergiquement ses droits toute matière confondue.
Nous devons encourager la bonne gouvernance : les abus des droits de l’homme, la corruption et l’insécurité légale entrave le développement de la paix et de la prospérité dans beaucoup de pays en développement. Seule la bonne gouvernance peut assurer une juste allocation des fonds en vue d’améliorations durables. Qui se reconnaît fils du pays devra penser, chacun a sa façon, d’y participer. Demandons au gouvernement d’apporter des réponses aux vrais problèmes de la République Démocratique du Congo.La RDC gagnerait beaucoup si elle s’inscrivait dans la même logique en impliquant toutes les institutions nationales pour s’approprier cette démarche. On s’engagerait ainsi dans la voie de la transparence et de la bonne gouvernance.

Rangot Tsasa

Tuesday, 7 July 2009

Intervention rapide en R. D. C. : le peuple en a besoin



Mahendeleyo parle de la situation du Pays et son project

Après le départ de Mobutu en 1997, chassé du pouvoir par Mzée Kabila ; après trente deux ans de règne, la R. D. Congo est devenu un pays conflictuel. Depuis que Joseph Kabila fils a pris le pouvoir juste après la mort de son pere, nous assistons au démembrement de notre pays. Présentement, nous vivons les avancements du grand projet de société dénommé cinq chantiers du Président de la République.
Joseph Kabila ayant trouvé le pays en déjà détruis et par manque d’entretiens, il semble difficile de faire un bon décollage. Devrions nous condamner le pouvoir en place ou continuer à garder le langage tel que c’est la dictature de Mobutu qui a détruit le pays ? Loin delà, nous devons chercher des solutions adéquates pour relancer notre économie. Nous sommes sans ignorer que notre la République Démocratique du Congo regorge des ressources minières importantes, avec une faune de grande valeur, pour ne citer que ceux la. Il existe même des richesses non exploitées. Malgré tout cela, notre pays reste compter parmi les pays les plus pauvres du monde.
La République démocratique du Congo fait partie des pays les moins avancés. Sa structure économique est comparable à celle des autres pays de l'Afrique centrale, mais son économie est handicapée par une guerre civile larvée et un des niveaux de corruptions les plus élevés de la planète. La RDC, un des pays les plus vastes et les plus peuplés du continent africain, n'a pas le niveau de vie qui devrait correspondre à ses immenses ressources naturelles (minerais, bois précieux, produits agricoles, …).
Si notre pays possède aussi de l'or en quantité respectable, elle possède surtout les trois quarts des réserves mondiales de coltan, un composant essentiel pour les circuits des téléphones et des ordinateurs portables. Nous produisions 24000 barils de pétrole par jour dans les années 2003. D’où vient la question de savoir : s’agit il de la mauvaise volonté du gouvernement en place ou alors nous revenons toujours, comme par le passé, a l’époque de la dictature ou tout le monde clamait qu’il nous manquait de bons gérants. Ceci ne serait peut être pas l’avis de tout les Congolais. Malgré le travail fourni par les gouvernements, sous la gouvernance du Rais Joseph Kabila Kabange, le peuple Congolais a perdu son sourire de l’époque ou nos parents nous payaient du luxe avec le salaire de Chanimétal, Indutex, Utexleo et consort.
Qui pourra donner la réponse au peuple ? Une chose est vraie il y a du boulot qui se fait actuellement ; mais que demande le peuple ? Devrions nous être sacrifiés ? Combien de temps durera ce sacrifice ? Tout ce que j’admire, c’est la démocratie qui commence a s’installer depuis 2006 : une constitution avait été mise en place et pour la première fois nous avons connus des élections libres et démocratiques. Même si un certain nombre de personnes n’y croient pas trop, le fait est tel que tous les Congolais présents en République Démocratique du Congo ont voté. Apparemment, le problème du Congo réside sur les personnalités politiques mises en place par le peuple lui-même.
Selon Digital Congo, le président Joseph Kabila a fait l’unanimité dans l’opinion du Nord Kivu. Plusieurs raisons justifient le soutien populaire et spontané des populations de Goma au chef de l’Etat. La première raison est que le Raïs s’est distingué dans une diplomatie de proximité active, ayant débouché sur la signature des accords avec le Rwanda, au point de gagner le pan de la paix dans cette partie du territoire national, souvent encline à des conflits armés. Sur ce point, nous rendons grâce à Dieu, comme le dis bien si souvent la première dame, j’ai cité Mme Olive Lembe Di Sita Kabila.
La Diaspora de Manchester en Grande Bretagne s’était réunit sous la direction de Maman Alphonsine, Présidente et Mr. Raphaël Ngoma Tsasa, Vice Président et Coordinateur de l’organisation non gouvernementale Mahendeleyo; en leur siège de Manchester en vue de préparer un projet pour la République Démocratique du Congo visant le Nord Kivu et Kinshasa dans le but de participer a la reconstruction du pays. Le projet est fin prêt et le Comité Directeur se charge de visiter le site choisi à 30 Km de Kahuzi Biega au mois d’Août 2009 – Septembre 2009 et enfin trouver les fonds pour lancer le projet. Rien que des initiatives congolaises pour pouvoir répondre a certaines questions restées sans réponses dans la Ville de Kinshasa et la Région des Grands Lacs.
Il est grand temps de passer aux choses sérieuses : mettre les gens qu’il faut a la place qu’il faut car nous sommes tous sans ignorer que les gouvernements se succèdent mais c’est plutôt un monde des profiteurs. Raison de plus pour que le Rais pense a remagner, même si cela n’est encore que suspiscion. De toutes les façons, cela prouve que rien ne va encore. Nous ne pouvons pas non plus lancer que des fleurs, après avoir suivi la R.T.N.C (Télévision Nationale Congolaise) depuis Manchester – UK, un député du Parlement Congolais dénoncants les bévues de nos dirigeants. La pratique des intouchables existent encore et revient en force. Une des raisons de la faille dans nos gouvernements. Bravo à Monsieur F.K. Pauvres malheureux nous qui sommes cloîtrés a l’étranger car nous n’aurons pas notre part de gâteau. Raison de plus pour créer de nouveaux projets avec des nouvelles idées.

Rangot Tsasa

Wednesday, 24 June 2009

Joseph Kabila ses origines...

http://lavoixducongo.afrikblog.com/archives/2009/02/23/12674041.html#comments

Les photos qui parlent d'elles meme.


La vitoire de: Olive Lembe Kabila Kabange

















href="http://1.bp.blogspot.com/_RlNW2Ah0JHg/SkKbw1dFY0I/AAAAAAAAAQM/7D10KpVdVCs/s1600-h/zoe-joseph.jpg">


Joseph Kabila ses origines...

Douze compagnons et amis de Mzee Laurent Désiré Kabila témoignent : « Joseph Kabila est le fils aîné de Laurent Désiré Kabila. »Et apprenez comment Mzee lui-même a parlé de son fils Joseph !

LAVOIXDUCONGO
Forum de partage des idées entre les Congolais(es)...Masolo entre bana mboka...Mazungumuzo ya wa Congolais(es)..... Nouvelles concernant la RDC

http://lavoixducongo.afrikblog.com/archives/2009/02/23/12674041.html#comments

Exode 13, 21 -22. Exode 14, 10 - 25.

Exode 13, 21 -22. Exode 14, 10 - 25.

...Nous lisons ici, de nouveau, que Moise regarda l'opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les tresors de l'Egypte.

Il y a de l'opprobre a servir Christ. Si vous etes tres populaire pour le monde, alors vous ne pouvez pas servir...vous ne servez pas Christ. Non. Vous ne le pouvez pas, parce qu'il y a de l'opprobre qui va avec cela. Le monde a toujours jete l'opprobre....

Et Moise, qui allait devenir le nouveau pharaon, ayant la faveur des gens, et, cependant, il regarda ou estima l'opprobre de Christ comme une richesse plus grande que tout ce que l'Egypte pouvait bien lui donner. L'Egypte etait entre ses mains. Pourtant, il savait qu'il y avait de l'opprobre a prendre la voie de Christ. Mais il etait si heureux de savoir qu'il y avait quelque chose en lui, qui le faisait regarder l'opprobre de Christ comme quelque chose de plus grand que tout le prestige qu'il avait herite. Il avait un heritage au-dedans delui, qui etait infiniment plus grand que ce que l'heritage exterieur lui avait donne.

Oh! Si nous pouvions etre comme cela, aujourd'hui, et laisser le saint-Esprit oindre ce que nous avons en nous, cette foi, afin de produire une vie pieuse et consacree a Christ... Avec une foi telle que celle qu'il avait, Moise regarda et considera cet opprobre comme un honneur...

Les chretiens, aujoud'hui, devraient dire la meme chose: "Je suis content(e) de me considerer comme un(e) chretien(ne), et de m'abstenir des choses du monde et de l'ordre du monde" - pas simplement comme un membre d'eglises - mais comme un(e) chretien(ne) ne(e) de nouveau qui vit en accord avec l'ecriture. Meme si l'on m'appelle "un fanatique", je regarde neanmoins cela comme une chose plus grande que si j'etais la personne la plus populaire de la ville ou de la nation. Je prefere etre cela que d'etre president(e) des Etats-Unis ou roi (ou reine) sur la terre....

Message preche par le Frere William M Branham, 14/07/1963, Jeffersonville, Indiana, U.S.A.) A SUIVRE...

Monday, 8 June 2009

Désavoué par J. Kabila, A. Muzito doit démissionner

Combat de boxe : Joseph Kabila Kabange – Adolphe Muzito

Après avoir soufflé sur ses 38 bougies, Joseph Kabila comme un charme à l’heure du choix décisif de nouveaux collaborateurs.


Par rapport au sujet nous constatons tous que le Chef de l’Etat a perdu confiance envers ses collaborateurs. Dans la foulée, nous citerons Vital Kamerhe, Adolphe Muzito. Allez y comprendre. A qui le prochain tour. Je pense qu’une crise politique serait en vue. Le président de la République vient de taper du poing sur la table. Il conditionne tout ordonnancement des dépenses publiques à son autorisation préalable. Il dénonce les dérapages substantiels et répétés des Finances publiques et de la monnaie nationale. Il vient de dépouiller le Premier ministre, chef du Gouvernement, de ses prérogatives essentielles. Un véritable désavoeu. IL doit démissionner.
Le député de l’opposition, Jean Lucien Bussa, a annoncé jeudi son intention de demander au chef du gouvernement des explications sur la situation économique et sociale du pays, qu’il juge déplorable, rapporte radiokapi.net. Ce qui revient a dire que J. Kabila fait route avec quelques personnes et non avec tout le monde. Un combat de boxe dans la démocratie qui vient d’être engagé entre le Président de la république et son Premier ministre. On verra qui gagnera et encore du coté de l’opposition la meilleure solution serait que A. Muzito démissionne. Mais a qui profiterait la crise ?
Les quinze collaborateurs compétents que recherche le président de la République sont-ils dans sa cour ? Le Président recherche du Personnel politique a lui pour relever le défis de la reconstruction. L’oiseau rare se trouve parmi nous qui ne sommes pas connus de son milieu.Les patates sont presque cuites et le nouveau gouvernement arrive a tâtons.
Et le 1er ministre, en toute responsabilité, devrait prendre les mesures qu’impose une telle rupture de confiance et une telle mauvaise gestion des finances publiques et démissionner. » 400 conseillers a la primature? C’est quand même pas la Jungle. Et pourquoi lui a-t-on laissé tout ce temps ? Et si Muzito partait : va-t-on encore trouver le remplaçant dans la majorité Présidentielle ou alors le Chef de l’Etat décidera pour sa part de nommer son oiseau rare qui serait peut être que son homme de confiance que nous connaissons ? Crise politique…. Alors la totale. Et quel sera le rôle de l’UDPS qui fait son retour dans la course au pouvoir ? On verra qui gagnera oui on verra qui gagnera. Match eza mabeeeeeeee.
Rangot Tsasa

Saturday, 6 June 2009

Si nous faisions comme les Belges...

Vie politique : qui fait quoi ?

Chaque commune comporte une assemblée d'élus, le Conseil communal, et un exécutif, le Collège des Bourgmestre et Echevins.

Le Conseil communal dispose d’une compétence normative générale et prend toutes les décisions qui relèvent de l’intérêt communal.

Le Collège des Bourgmestre et Echevins assure quant à lui l’exécution des décisions du Conseil et veille à la gestion quotidienne de la commune.

Le Conseil communal

Le Conseil communal est composé d'élus directs en nombre variable en fonction du nombre d'habitants de la commune. Pour la Ville de Bruxelles, le nombre de conseillers est fixé à 49.

En vertu de la Constitution, le Conseil dispose d'une compétence générale sur tout ce qui est d'intérêt communal. A cet égard, il dispose notamment du pouvoir d'adopter des "règlements communaux" et des "ordonnances de police communale", d’organiser les services communaux, de gérer les finances de la commune.

Il se réunit sur convocation du Collège des Bourgmestre et Echevins.

Le Collège des Bourgmestre et Echevins

La Commune est gouvernée par le Collège communal. Le nombre d’Echevins est variable en fonction du nombre d'habitants de la commune. Pour la Ville de Bruxelles, le nombre d’Echevins est fixé à 9.

En tant qu'organe exécutif de la commune, le Collège est chargé de veiller à la publication et à l'exécution des décisions du Conseil. Il doit aussi veiller à l'administration quotidienne de la commune et à la représenter en justice.

Il exerce, en outre, certaines missions de contrôle à l'égard des monts de piété, des établissements dangereux, incommodes et insalubres, ou des missions spécifiques dans le cadre de la police des spectacles, de l'urbanisme ou de l'aménagement du territoire.

lu pour vous